L’art peut-il être considéré comme une niche fiscale ? Comment le droit fiscal traite-t-il les problématiques liées à l’art ?

Des ventes en galeries (marché primaire) aux enchères (marché secondaire). Cependant, à l’inverse du marché de l’immobilier, depuis longtemps encadré, l’évolution du marché est impressionnante. En 2017, selon le rapport Artprice, le total des ventes aux enchères a atteint un volume de 14,9 milliards de dollars. Paris est devenue une place incontournable d’un marché de l’art aujourd’hui internationalisé.

Nos intervenants Ophélie Dantil (avocate spécialisée en fiscalité – marché de l’art) et Fabien Bouglé (consultant en gestion de patrimoine artistique) ainsi que Jonathan Bensaid (avocat spécialiste en fiscalité de l’art) ont répondu présent pour discuter autour de ces sujets et nous raconter leurs parcours.